Six Sigma, expliqué simplement en 8 points

Le début de l’année peut-être est un moment de revoir vos processus pour générer plus de rentabilité et renforcer vos leviers de performance internes.
Votre rentabilité est le résultat de votre efficacité opérationnelle. Celle-ci est la somme de l’amélioration de la qualité de votre organisation et surtout, la qualité perçue par vos clients, qui achètent vos produits et service. La solution ? La démarche de la qualité et de l’amélioration continue par la méthode Six sigma. C’est un ensemble de techniques visant à améliorer les processus de production ou d’exploitation d’une entreprise en vue d’atteindre un certain niveau de qualité.

Quels sont ses avantages ? Quels sont les principes et méthodes pour le déployer ?
BoostMakers vous explique les bénéfices de cette méthode dans un langage simple, en 8 points.

Souvent utilisé dans le milieu industriel et depuis, longtemps adapté à tout type d'entreprise  (tailles et secteurs d'activité), le Six Sigma est une méthode qui fournit aux organisations des outils pour améliorer leurs processus métiers. Cette recherche de performance conduit à réduire les défauts , la 'non qualité", les non-conformités; et donc, augmenter la qualité des produits et services.

Point 1. Pourquoi les entreprises utilisent cette méthode ?

Les entreprises qui sont favorables au Six Sigma recherchent :

  • la qualité de leur organisation (réduction de la non conformité),
  • la qualité perçue par leurs clients,
  • la réduction des coûts,
  • la performance et la recherche d'efficacité (faire bien du premier coup),
  • plus de rentabilité,
  • l'amélioration de leur image, pour faire la différence sur leur marché.

Point 2.  Quels sont les avantages du Six Sigma ?

Faire le point et identifier les processus à améliorer

Le Six Sigma consiste donc à utiliser des outils et des techniques afin d’assurer que les produits ou les services respectent bien les limites prévues à l’aide de l’écart type et que les processus de l’entreprise soient aussi efficaces que possible. Lorsqu’un processus ne respecte pas les critères du Six Sigma, cela signifie qu’il y a de la marge pour une amélioration. Pour atteindre les objectifs du Six Sigma, il est alors possible d’utiliser des outils pour relever les problèmes de façon précise, les analyser en détail et trouver des solutions viables et pertinentes.

Satisfaire les clients avec une qualité constante
Pour développer son entreprise, il est préférable de fidéliser ses clients, de convaincre rapidement ses prospects afin qu'ils se transforment en clients. C’est pourquoi offrir aux clients une qualité constante est absolument essentiel pour que l’entreprise soit en mesure de survivre dans un environnement toujours plus compétitif. Le Six Sigma permet donc d’assurer que la qualité fournie aux clients repond parfaitement avec leurs attentes, un point qui est parfois négligé (à tort) par de nombreuses entreprises, et parfois involontairement. Force est de constater que plus l'entreprise est grande, plus la démarche de qualité prédéfinie et suivie, n'est pas convenablement respectée, pour des raisons diverses.

La recherche d'efficacité
Certes, la création d’une relation de confiance entre l’entreprise et ses clients est primordiale mais les avantages sont loin de se limiter à cet aspect. En effet, en améliorant les processus d’une entreprise, l'entreprise devient plus efficace mais également plus efficiente, c’est-à-dire qu’elle atteint ses objectifs plus facilement et généralement en utilisant moins de temps, moins de ressources et moins d’argent. Cela se traduit notamment par une réduction en termes de dépenses inutiles, de gaspillage (matières premières, équipement, énergie, dépenses diverses…), de délais… Tous ces aspects ont un impact sur la satisfaction des clients et le travail des salariés qui jouent tous un rôle important vers l’atteinte des objectifs du Six Sigma.

Performance et rentabilité
L’implémentation du Six Sigma peut parfois être coûteuse, mais très vite rentable. En effet, il s’agit bien d’un investissement et le retour sur 
investissement  est très rapide, sur l'augmentation des ventes, la satisfaction et fiélisation de vos clients. C’est pourquoi de plus en plus d’entreprises décident de faire le grand saut, convaincues de pouvoir atteindre les objectifs Six Sigma. Cependant, l’entreprise doit être prête à effectuer de profondes modifications, que ce soit en termes de production, de méthodologie et de culture.

L'amélioration continue le DMAIC, la principale méthodologie du Six Sigma

Le Six Sigma ne se limite pas à une seule méthodologie. Le DMAIC est sans aucun doute la méthodologie privilégiée pour une amélioration continue. DMAIC est l’acronyme des termes anglais suivants : define (définir), measure (mesurer), analyze (analyser), improve (innover), control (contrôler). 

Vous souhaitez renforcer vos leviers de performance,  réduire la non-conformité, développer la culture de la démarche qualité dans votre organisation et améliorer la qualité perçue ?

BoostMakersPLUS, vous aide  dans votre projet d'excellence opérationnelle.

Contactez-nous

Point 3 : Pourquoi "6" de Six Sigma ?

Le Six Sigma vise à homogénéiser les processus afin que l’écart de qualité entre les services ou les produits soit le plus petit possible, offrant ainsi une qualité constante aux clients.
Pourquoi l’appellation Six Sigma ?  La lettre grecque sigma σ correspond à l’écart type, et rappelle que l’écart type est la racine carrée de la variance au sens mathématique. Donc « Six Sigma » est 6 fois l’écart type. L’écart type peut être assimilé à la dispersion d’un processus.
Concrètement, la méthode vise à ce que tous les produits qui sont issus d’un processus soient compris dans un intervalle s’éloignant au maximum de 6 sigma par rapport à la moyenne générale des produits issus de ce processus.  Si on réduit la variabilité des produits du processus, on réduit le risque de voir le produit et/ou le service rejeté par son destinataire ou du fait qu’il soit en dehors de ses attentes ou de ses spécifications. Donc on cherche à améliorer le processus jusqu’à ce que seuls les produits qui correspondent aux attentes, aux spécifications soient livrés : produire de la manière attendue dès la première fois en évitant ainsi les corrections, les non conformités, "la non qualité", les retouches, les réparations et surtout les coûts associés (gestion de retour, gestion de rappel de produits, gestion des plaintes et litiges, mauvaise réputation, de l'entreprise..).
Le niveau 6 Sigma est loin d’être un objectif évident à atteindre. En effet, pour qu’une entreprise atteigne les objectifs du 6 Sigma, il ne faut pas plus de 3,4 défauts pour 1 million de services ou d’articles produits, soit l’équivalent d’un taux de succès supérieur à 99,99 % ! Pour certaines entreprises, il s’agit donc d’un chiffre difficilement envisageable, cependant le 6 Sigma leur permet tout de même de viser de meilleurs résultats et une meilleure efficacité au niveau de leurs processus.

Point 4. Les principes Six Sigma

  • Une organisation en mode projet,
  • La focalisation sur les processus permettant de remonter la " voix du client" (plaintes, autres causes d'insatisfaction),
  • Le management et l’amélioration des processus,
  • La mesure systématique des résultats et de leur variabilité,
  • La contribution de toutes les équipes,
  • Le management proactif par les faits et les données.

 

Point 5. La démarche d’amélioration du 6 Sigma

La composante stratégique du 6 Sigma est le volet management des processus qui requiert la participation active des cadres et des dirigeants. Cette démarche est organisée en 8 étapes essentielles.
1. Définir les objectifs stratégiques.
2. Identifier les processus clés et leurs impacts sur les clients.
3. Identifier les pilotes de processus.
4. Identifier les exigences des clients et créer les indicateurs adaptés,
5. Mesurer les performances actuelles des processus.
6. Définir les critères de sélection des projets.
7. Sélectionner les projets.
8. Manager les processus pour atteindre les objectifs stratégiques.

Point 6. Comment mettre en œuvre le 6 Sigma ?

La mise en oeuvre du 6 Sigma ne peut se faire sans l’engagement total de la Direction Générale compte tenu, des investissements et l'implication de tous. Il convient, après avoir identifier les ambassadeurs du projets (en général membres du Comité de Direction ), de désigner les futurs Black Belts responsables des projets 6 Sigma. Les bonnes pratiques consistent à choisir ces Black Belts (niveau élevé de maîtrise des techniques 6 sigma) parmis les managers opérationnels fédérateurs et sensibles aux problématiques de qualité et de la satisfaction des clients. Ils peuvent être accompagnés par des consultants spécialisés dans l'excellence opérationnelle, si nécéssaire. Les formations sont ensuite réalisées et les projets choisis par le Comité de Direction. Le Système d’Information doit être adapté pour assurer la mesure des résultats. La conduite du changement est nécéssaire pour impliquer toutes les équipes et sensibiliser toutes les parties prenantes.

" Le Six Sigma est un outil au service de l'homme dans la recherche de la qualité. Il s'applique dans les organisations qui ont développé la culture de la qualité et soutenues par leus decideurs (temps, budget, et accompagnement des équipes)"


Point 7. Les facteurs clé de succès

  • Engagement total des dirigeants : création d'une culture de 6 Sigma.
  • Surmonter la résistance au changement.
  • Une formation solide et étendue (15-20 jours pour un Black Belt).
  • Avoir un Change leader, qui porte le projet et fédère, l'ensemble des salariés et l'équipe projet.
  • Désigner les ambassadeurs du projet.
  • Consacrer du temps au projet.
  • Conduire le changement. Ne pas supposer que la mise en place du projet est évident pour tous.
  • Communiquer efficacement.
  • Se fixer des calendriers réalistes.
  • Définir des indicateurs simples et cohérents.

 

Point 8. qu’est ce que Black Belt, Lean, en relation avec Six Sigma ?

Lean signifie “ mince”. Le Lean Management  est une méthode japonnaise qui fait ses preuves dans diverses industries et se réfère à la création de valeur, dans les processus, en se concentrant sur l’élimination des ressources ou des activités sans valeur ajoutée (gaspillage & déchets). Il rejoint le Six Sigma (une technique) dans la recherche de la performance par la qualité.

Le Black belt est, fait un Master Black Belt, permet d'acquérir des compétences  pour la mise en oeuvre  du Lean 6 Sigma :

  • gestion du projet Lean 6 Sigma, animation d'équipe projet  et coaching,
  • formation, motivation, entretien des connaissances et animation du Lean Six Sigma,
  • appui méthodologique aux équipes, notamment pour ce qui est de l'utilisation poussée des outils du Lean et du Six Sigma,
  • capacité à collecter les données, à utiliser les techniques de statistiques avancées et à fairela modélisation de processus,
  • amélioration continue,
  • conduite du changement (travail avec les parties prenantes , réduction des freins au projet, postures des différents acteurs, gestion des conflits et médiation...),
  • capacité à définir  les indicateurs avec le cycle DMAIC
  • organisation d'opérations de benchmarking de la performance.

 

Il existe 3 niveaux de Belt : yellow, green et black belt (le niveau supérieur).

 

Bon à savoir

  • Mise en place du Six Sigma 
    Le Six Sigma ne s’implémente pas tout seul au sein d’une entreprise car il s’agit d’un concept complexe qui nécessite une réflexion sur les transformations au sein des équipes et de l’organisation. Cette méthodologie a d’ailleurs la réputation d’être difficile à implanter et il est souvent nécessaire d’être patient avant de pouvoir constater des résultats concrets. C’est pourquoi les entreprises font généralement appel à des consultants experts, à différents niveaux du projet.
  • Le salaire moyen d'un consultant lean, en interne (salarié) varie entre 32 000 € pour les postes de niveau débutant, et 71 400 € pour les plus experimentés et certifiés black Belt.
  • Le tarif à la journée d'un consultant lean Six Sigma (externe), est à partir de 800€, en fonction de son experience et ses compétences.
  • La formation lean Six Sigma Green Belt,  est à partir de 3500€, en fonction du nombre de jours.

 

Pour en  savoir plus sur lean Six Sigma

  • Pilote.org fournit de nombreuses ressources pour piloter un projet de lean.
  • Vidéo de lean 
  • Video de Six sigma.

 

Equipe Expert de BoostMakers

Contactez-nous