Comment l’IA intégré au logiciel de recrutement/ATS fait gagner 50% du temps ? 8 points essentiels

Le capital humain est la colonne vertébrale de l’entreprise. La fonction des ressources humaines a connu d’importantes mutations grâce aux nouvelles technologies.
Aujourd’hui, le recrutement est soutenu par l’utilisation d’un ATS (Applicant Tracking System) et réseaux sociaux. Les ATS sont les logiciels de recrutement, intelligents grâce à L’Intelligence Artificielle (IA). L’IA est la construction de programmes informatiques qui s’adonnent à des tâches qui sont pour l’instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que : l’apprentissage perceptuel , l’organisation de la mémoire et le raisonnement critique. Les ATS avec l’IA intégré, simplifie et facilite le recrutement, tant pour les recruteurs  que pour les candidats.

Les nouvelles technologies ont influencées positivement le processus de recrutement et l’acquisition des talents. L’Intelligence artificielle (IA) fait partie des innovations qui améliorent automatisent et simplifient certaines étapes de recrutement, telles que la rédaction d’offres d’emploi, le sourcing RH, le filtrage et la messagerie...
En effet, l’IA prend en compte les paramètres réellement nécessaires à la recherche du profil tels que les compétences, le niveau d’expérience ou la zone géographique. 

Un sondage de Jobvite sur l'IA et l'automatisation ont révélé que dans l'ensemble, les recruteurs semblent adopter l'IA et sont optimistes quant à son impact sur le recrutement. La moitié des recruteurs (49%) se disent satisfaits des effets de l'IA et de l'automatisation sur leur travail, tandis que seulement 7% pensent que l'IA aura un effet négatif. 72% des recruteurs pensent que leur approche en matière d'embauche devra évoluer à mesure que l'IA et l'automatisation prendront de l'ampleur. Seul 44%, des professionnels du recrutement ou DRH utilisent les outils d’automatisation des tâches simples pour recruter des candidats, tels que les ATS ou les multi-posteurs.
Comment l’IA facilite le recrutement ?
BoostMakers vous livre 8 points essentiels relatifs au cas d'usage, sur des avancées grâce l’IA.

Point 1: le sourcing simplifié

Avec l’IA,  le sourcing devient plus simple, une solution apprenante (machine learning), va chercher des candidats qualifiés en ligne en les identifiant dans des bases de données de CV telles que indeed ou linkedIn. En effet , les algorithmes de filtrage permettent de récupérer des profils vraiment intéressants.

Point 2 : diviser le temps de recherche de candidats par 2

De l’attractivité de la marque employeur à la fidélisation des talents en passant par l’acquisition, les DRH démultiplient leurs compétences pour s’adapter aux contextes de leurs métiers. Et tout cela prend du temps. Pour le recrutement, plus de 50% du temps  est dédié à cette tâche aliénante et sans valeur ajoutée qu’est le sourcing. La première chose que les RH attendent de l’innovation est le gain de temps et dans ce sens, le premier outil adopté par les recruteurs est le multi-diffuseur d'offres permettant de simplifier significativement la saisie des offres sur des jobboard et agrégateurs.

Point 3 : Plus de collaboration et plus d’efficacité

Les processus d’automatisation de la ressaisie des candidatures et de suivi des réponses sont la principale motivation de digitalisation du recrutement. Les  entreprises de 100 salariés utilisent les ATS ou SIRH  avec les fonctionnalités de multi-posteurs permettant un gain de temps certain et un gain de qualité dûs au partage automatique des informations entre les différentes personnes sollicitées pour les recrutements. Les erreurs humaines, néfastes au recrutement, sont limitées.

Point 4 : la rédaction d’offres d'emploi grâce au sentiment analysis

Le "sentiment analysis" (l'analyse du ressenti) est une technologie basée sur les solutions sémantiques pour déterminer le ton émotionnel, les mots et expressions permettant  de comprendre des attitudes, des opinions et des émotions présentes dans un texte. L’objectif est de susciter davantage d’engagement de la part des candidats.

Point 5 : analyse les descriptions d’offres

L’IA  permet d’analyser les descriptions d’offres d’emploi puis les comparer avec d’autres  bases de données de recrutement des candidats qui ont déjà postulé dans le passé et dont les compétences sont recherchées pour un poste qui vient de s’ouvrir.

Point 6 : les chatbots de recrutement

Grâce au traitement automatique du langage naturel parfois aussi appelé ingénierie linguistique, les recruteurs ont à disposition des « agents conversationnels » qui utilisent l'interprétation correcte du langage naturel. Les données des candidats sont collectées avec le respect des règles de la RGPD. Des questions de sélection sur le poste sont posées afin d’organiser la planification des entretiens. Les informations collectées par le chatbot sont ensuite introduites dans un ATS ou envoyées directement à un recruteur humain pour un suivi.

Point 7 : le Resume Screening

Les outils de Machine Learning peuvent désormais analyser de manière assez fine le contenu d’un CV pour extraire les compétences clés, estimer les qualifications et le classer en fonction de leur pertinence par rapport certaines offres d’emploi.

Point 8: système d’e-recrutement intelligent

La mission sociale de l’innovation RH est bien de fluidifier le marché de l’emploi, en facilitant la rencontre del’offre et la demande. L’IA permet de trouver les candidats les plus pertinents, y compris ceux qui ne sont pas en recherche active de poste, en exploitant le web et  les réseaux sociaux en tant que média de conquête.
En effet la modélisation des données de profils candidats qui, transformées en information décisionnelles, sont activées dans les campagnes de recrutement. Ainsi, les entreprises ayant recours au recrutement programmatique, réussissent à atteindre leur objectif qui est 
de recruter des profils en pénurie tout en réduisant jusqu’à 70%, le temps consacré au sourcing.

Si l’on adapte l’ensemble des possibilités offertes par le marketing classique au marketing RH, l’automatisation des tâches permettra également d’avoir une meilleure expérience du coté salarié (pour 60% selon une étude de CareerBuilder) et donc un engagement renforcé des collaborateurs (jugé moyen par 57% des décideurs RH selon Markess).

Bon à savoir 

Il existe plusieurs éditeurs innovants qui utilisent l’IA pour :

  • automatiser les tâches sans valeur ajoutée pour  le recruteur et de la  DRH,
  • multi-diffuser les offres et gerer des cvthèques sur plusieurs jobboard,
  • automatiser les différentes étapes des recrutements (envoi de mail, planification et attribution de tâches, tag de candidat),
  • optimiser le processus de recrutement et inciter à la collaboration,
  • optimiser et automatiser des flux de travail pour gagner en productivité,
  • créer un script carrière.
  •  

Le tarif d’un abonnement d’ATS est à partir de 49€/mois.

L’intelligence artificielle permet de mener des actions quasiment irréalisables par l’humain, telles que :

  • le traitement et l’analyse instantanée d’une très grande quantité de données,
  • l’analyse poussée aidant les recruteurs à prendre des décisions en limitant les risques d’un mauvais recrutement.

La finalité de cette collaboration Homme/Machine est bien d’offrir plus de temps aux recruteurs pour qu’ils puissent se concentrer sur des tâches à très forte valeur ajoutée, telles ques :

  • réussir les entretiens de recrutement,
  • intégrer et former les salariés,
  • accompagner l’employabilité,
  • fidéliser les salariés,
  • gérer la qualité de vie au travail,
  • préserver le capital humain pour la performance de l’entreprise.

Le développement rapide des technologies autour de l'IA, couplée au Big Data, assurera certainement d'autres évolutions majeures dans les prochaines années.

BoostMakers | Label TRUST in| Plateforme de services, conseils et logiciels| Comparateur de services ou solutions pour décideurs| Services BoostMakers+| BoostMakers Magazine